La Chine commande 75 Airbus contre un centre d’aménagement cabine

La Chine commande 75 Airbus contre un centre d'aménagement cabine

Airbus – Aéronautique

Le Premier ministre chinois est en visite pour 3 jours en France./photo

Le Premier ministre chinois est en visite pour 3 jours en France./photo


Le Premier ministre chinois Li Keqiang a débuté hier une visite de trois jours en France qui s'est déjà soldée hier par l'achat de 75 Airbus A330 par la Chine et doit se poursuivre par un second contrat pour l'avionneur.

La visite de trois jours en France du Premier ministre chinois, Li Keqiang, est déjà prolifique pour Airbus. Hier, en fin d'après-midi, peu avant une conférence de presse commune à Matignon entre Manuel Valls et son homologue chinois, Airbus a signé un contrat avec la Chine portant sur une commande de quelque 75 Airbus A330. Selon nos informations, il s'agit de 45 commandes fermes et d'un protocole d'accord pour 30 autres.

La répartition entre les différents modèles de la gamme n'a pas été précisée.

Mais il s'agirait dans le détail d'un panachage d'A330-200, un biréacteur long-courrier d'environ 250 sièges, et d'A330-300, son frère de plus grande capacité. Parmi ces A330-300, la Chine va commander des A330 long-courriers, mais aussi la version régionale de ce gros-porteur, lancée au dernier salon du Bourget.

Ce contrat s'élève à quelque 18 milliards de dollars au prix catalogue.

«Ces commandes constituent un nouveau vote de confiance envers notre famille A330 qui comprend déjà les gros-porteurs les plus prisés en Chine», a déclaré Fabrice Brégier, le patron d'Airbus qui a signé ce contrat.

Plus de 150 appareils de la gamme A330 sont actuellement en service en Chine.

«Dans le monde, plus de 1 100 appareils de ce type sont exploités par plus de 110 opérateurs», ajoute la direction de l'avionneur.

Second accord demain à Toulouse

Un second accord portant sur l'ouverture en 2017 à Tianjin d'une ligne d'assemblage de cabines d'A330 doit être signé demain, lors de la visite de M.Keqiang au siège d'Airbus à Toulouse.

L'avionneur européen dispose déjà sur place d'une usine d'assemblage de son moyen-courrier A320.

La nouvelle ligne permettra de réaliser la finition de deux A330 par mois.

Des accords de coopération

Lors de sa visite de trois jours qui a débuté hier, le Premier ministre chinois Li Keqiang doit ratifier plus d'une cinquantaine d'accords de coopération et de contrats pour plusieurs dizaines de milliards d'euros, qui devrait illustrer des relations économiques «à leur meilleur niveau historique» selon Paris. Le Premier ministre chinois doit se rendre à Marseille et venir jeudi à Toulouse pour signer un second contrat avec Airbus. Avec Manuel Valls, il visitera la chaîne d'assemblage final de l'A350 à Colomiers.

La Dépêche du Midi