Ça plane pour l’Ariège

Ça plane pour l'Ariège

Salon du Bourget – Aéronautique

L'équipe de Mapaero réunie autour de Jean-François Brachotte et Eric Rumeau./ Photo Arnaud Paul

L'équipe de Mapaero réunie autour de Jean-François Brachotte et Eric Rumeau./ Photo Arnaud Paul


Les entreprises ariégeoises étaient sur le pont à l'occasion du salon international de l'aéronautique du Bourget. Entre communication et business, c'est l'endroit où il faut être. Idéal pour faire des annonces comme la création de MKAD.

Voir et être vu. Le Bourget, le plus grand salon aéronautique du monde qui a fermé ses portes le week-end dernier, est l'endroit stratégique où il faut être.

Les entreprises ariégeoises du secteur ont fait le déplacement. «En Ariège l'aéronautique, l'espace et les systèmes embarqués c'est une trentaine d'entreprises et 3 000 emplois industriels directs avec un rythme de croissance important de cet emploi industriel» relève Didier Kuss, le directeur d'Ariège Expansion qui a fait le déplacement au Bourget. «C'est l'occasion de rencontrer nos clients et nos fournisseurs» explique Christophe Salles, directeur commercial chez Gardner Aerospace. L'usine de Mazères était à l'honneur du stand du groupe à capitaux britanniques avec l'exposition en bonne place d'une structure secondaire du mat réacteur de l'A 350. Un assemblage complexe réalisé par les équipes ariégeoises. Une belle vitrine pour les savoir-faire locaux visibles par les donneurs d'ordres du monde entier participant au salon du Bourget.

Rappelons que l'usine ariégeoise du groupe Gardner Aerospace est organisée en fonction de la montée en charge des programmes comme l'A350. Un hall est dédié à l'assemblage du mat réacteur de l'avion européen et de l'A330 Neo et l'usine devrait procéder à une trentaine d'embauches. Au Bourget, Christophe Salles avait un carnet de rendez-vous bien rempli.

À quelques allées de là, MAPAERO a aussi installé son stand dans le hall 2. «C'est le stand stratégique auquel on peut accéder depuis que nous sommes membres du GIFAS» note Éric Rumeau, le directeur de MAPAERO. Les couleurs douces du stand MAPAERO contrastent avec les stands de plus grands groupes aux lignes dures et aux éclairages impersonnels. Le stand se voit et se remarque. «Nous avons ici davantage de visibilité. Le stand a été mis en scène par Clémence Brachotte» poursuit Éric Rumeau. Une position et un positionnement stratégique pour le spécialiste de la peinture aéronautique en base aqueuse. «Et ce n'est pas du green washing» souligne Éric Rumeau. «Nos peintures apportent un véritbale plus en matière environnementale.» «Les retours du salon du Bourget sont très positifs» juge Éric Rumeau qui note une visibilité internationale. Avec son équipe, prépare déjà le 25e anniversaire de MAPAERO en 2017, date du prochain salon du Bourget. MAPAERO poursuit son développement avec l'objectif ambitieux de doubler en taille à l'horizon 2020.

Lancement de MKAD

De son côté, Aubert et Duval qui assure une présence importante sur le salon avec un stand et un chalet en bord de piste pour recevoir ses clients, a profité du Bourget pour annoncer la création de MKAD et de son usine dédiée à l'usinage de pièces en titane à Varilhes. À la clé, la création de 82 emplois et la construction d'une usine de 7 000 m2. Un projet qualifié de stratégique par Georges Duval avec les unités UKAD et Eco Titanium en Auvergne. On parle là de la constitution d'une filière européenne du titane. «Ces projets sont des étapes très importantes pour aller plus loin dans l'usinage et le recyclage du titane, indique Georges Duval avant de poursuivre : il faut être prêt pour la prochaine génération d'avions.» Les équipes d'Aubert et Duval continuent de travailler sur des nouveaux alliages à base de titane, de nouveaux aciers comme le ML340 cobreveté avec le motoirste Safran… Plus que jamais l'innovation est la clé de l'avenir.

Montée en cadence

Didier Kuss, le directeur d'Ariège Expansion suit particulièrement l'évolution du secteur aéronautique : «Avec les montées en cadence à la fois d'Airbus sur le programme A320 avec ce qui est déjà décidé avec passage de 42 avions/mois actuellement à 50 avions/mois, il est évoqué une autre augmentation à 60 avions/mois qui serait en cours d'étude et de validation. Airbus a un carnet de commandes de près de 4 000 A320… Par ailleurs il y a aussi la montée en cadence du programme A350 avec ses 12 avions / mois en 2017 plus les programmes A380, A 330 et bien sûr l'A 400M. Il y aussi Boeing sur les programmes duquel la supply chain de Midi Pyrénées et de plus en plus engagée. Sans oublier ATR, Bombardier ou Embraer mais aussi Airbus Hélicoptère et les motoristes comme Safran, Rolls Royces ou GE.»

Arnaud Paul

Article exclusif
réservé aux abonnés
Voir l’offre Digital

Votre crédit de bienvenue en cours : 20 articles

LECTURE
CONFORT