3ème procès Jawbone VS Fitbit (en 3 mois…)

Jawbone continue sur sa lancée, et traîne Fitbit une troisième fois devant les tribunaux en seulement 3 mois. Après l’avoir attaqué sur le viol de brevets et le vol d’informations sensibles, il veut désormais lui empêcher d’importer ses produits et composants aux Etats-Unis avec un procès devant l’International Trade Commission (ITC).

Jawbone veut aller vite, et les deux jugements qu’il attend de la part de la Cour Supérieure de San Francisco et de la District Court américaine ne sont pas près d’aboutir rapidement. C’est pour cette raison qu’il s’est tourné vers la Commission Internationale du Commerce américaine pour obtenir une décision sous 15 mois, et qui pourrait potentiellement mettre de sérieux bâtons dans les roues de son rival éternel Fitbit.

Jawbone veut obtenir gain de cause rapidement

L’accusation pour ce nouveau procès est la même que lors du premier : Jawbone reproche au leader mondial du Quantified Self d’avoir essayé de lui débaucher environ 30% de ses employés pour bénéficier d’informations sensibles quant aux perspectives de développement de celui-ci. Fitbit a toujours nié en bloc les accusations, arguant dans un communiqué officiel qu’il n’avait aucunement besoin de savoir ce que faisaient les concurrents pour se développer.

« As the pioneer and leader in the connected health and fitness market, Fitbit has independently developed and delivered innovative product offerings to empower its customers to lead healthier, more active lives […] Since its inception, Fitbit has more than 200 issued patents and patent applications in this area. Fitbit plans to defend itself vigorously against all allegations made in the complaint to the International Trade Commission. »

– Communiqué Fitbit

Encore une fois, Jawbone tente le coup de l’intoxication auprès de son grand concurrent dont l’introduction en bourse le mois dernier n’a aucunement été gêné par ses procès. En l’espace de quelques semaines, le cours de l’action Fitbit est passé de 20$ à 42$, démontrant la confiance des investisseurs envers le fabricant des mythiques bracelets connectés Charge HR et Surge.

Source